Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


01 mars 2019

Mon soutien à la demande de mise à disposition d’un bassin olympique

Sollicitée par le Président du Comité Départemental de Natation de la Sarthe, quant à la nécessité de bénéficier, à l’échelle du département, d’un bassin olympique couvert, soit de 50 mètres, j’ai décidé d’adresser un courrier à M. Stéphane LE FOLL, Président de Le Mans Métropole.

La demande n’est pas nouvelle. En effet, j’avais déjà interrogé M. Jean-Claude Boulard, ancien maire du Mans, sur la mise à disposition d’un tel bassin.

Cet équipement permettrait aux licenciés sarthois en natation de s’entraîner dans des conditions optimales et de se préparer au niveau des différentes compétitions dans lesquelles ils souhaitent concourir.

Par ailleurs, cette infrastructure pourrait apporter une réponse pérenne à la fuite de nos talents dans le domaine de la natation, qui sont nombreux à quitter la Sarthe afin de trouver, dans des départements voisins, des conditions d’entraînement qui correspondent au niveau de compétitions dans lesquelles ils évoluent.

Je rappelais, dans mon courrier au Président de le Mans Métropole, que le sport revêt un enjeu sociétal essentiel pour tous les français non seulement en matière de santé mais aussi en termes de cohésion sociale et de lutte contre les discriminations. A haut niveau, il contribue également à l’attractivité de notre département et assure la vitalité des associations sportives.

Par un courrier succinct en date du 22 février dernier, le Président de le Mans Métropole m’indiquait qu’il était parfaitement informé de cette demande qui représente, toutefois, un investissement et un fonctionnement très lourds. Une réflexion attentive à l’échelle de la Métropole s’avère nécessaire, concluait-il.

Je souhaite rappeler, à cet égard, que le gouvernement a porté de nombreuses atteintes au milieu sportif : fin programmée des contrats aidés ; baisse du budget alloué au sport ; remise en cause de taxes venant financer le sport par la privatisation de la Française des Jeux, remise en cause du statut des conseillers techniques sportifs (CTS).

Ces mesures s’inscrivent pourtant en total contradiction par rapport aux objectifs affichés par le Gouvernement en termes de nombre de pratiquants et de l’accueil des jeux olympiques et paralympiques à Paris en 2024.

Je formule donc le souhait que l’effort existant sur le territoire en faveur du sport puisse perdurer. 


Partager sur Twitter Partager sur facebook