Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


19 avril 2019

Ma question écrite sur l’exclusion du remplacement des fenêtres du champ d’application du CITE

Texte de ma question écrite :

Mme Sylvie Tolmont attire l’attention de M. le ministre de l’action et des comptes publics sur le champ d’application du crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et, plus précisément, sur l’exclusion du remplacement des fenêtres de ce dispositif. Le CITE consiste en un crédit d’impôt sur le revenu au titre des dépenses effectuées par le contribuable pour la qualité environnementale de son logement. Il représente donc un levier central du plan de rénovation énergétique. En effet, il constituerait un élément déclencheur des travaux pour un quart des ménages bénéficiaires. Or, depuis l’été 2018, la rénovation des fenêtres à simple vitrage par des fenêtres performantes n’est plus éligible au CITE. Cette exclusion a été justifiée par le Gouvernement en raison du rapport coût-bénéfice environnemental jugé insuffisant. Toutefois, l’étude réalisée par l’ADEME/CSTB en début d’année 2018 a révélé l’impact sur l’économie énergétique d’une trentaine de geste de rénovation dont les travaux d’isolation des parois opaques et des parois vitrées. Plus précisément, cette étude établie que l’économie d’énergie d’1m² d’une fenêtre performante (en remplacement d’une ancienne fenêtre à simple vitrage) est directement comparable à l’économie d’1m² d’isolation des combles et des murs. Si la nécessité de réduire les dépenses publiques est entendue par les professionnels, ils estiment que cette mesure prive les particuliers de la possibilité de réaliser des économies immédiates et conduira, pour les professionnels, à la mise en danger de leur activité. Aussi, elle l’interroge sur les intentions du Gouvernement sur cette problématique et souhaite connaître les mesures qu’il compte prendre pour préserver les intérêts tant des particuliers que des professionnels.

(Question écrite publiée au Journal Officiel le 20 novembre 2018)


Réponse du Ministre de l’action et des comptes publics :

L’article 200 quater du code général des impôts prévoit un crédit d’impôt (CITE) au taux de 30 % accordé au titre des dépenses d’équipements en faveur de la transition énergétique supportées par les contribuables dans leur habitation principale, qu’ils en soient propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit. Le législateur a souhaité, lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2017, disposer d’une évaluation des aides à la rénovation énergétique des logements. Prévu par l’article 23 de la loi de finances pour 2017, le rapport rendu par la mission conduite par l’Inspection générale des finances et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (IGF et CGEDD) sur les aides à la rénovation énergétique des logements privés avait alors relevé l’inefficience des dépenses relatives au CITE en matière d’isolation des parois vitrées. C’est pourquoi l’article 79 de la loi n° 2017-1837 de finances pour 2018 a notamment prévu de ne maintenir l’application du crédit d’impôt à l’acquisition de matériaux d’isolation thermique des parois vitrées qu’aux dépenses payées entre le 1er janvier et le 30 juin 2018 en cas de remplacement de parois en simple vitrage, et à un taux de 15 % (au lieu de 30 %). Partant, les dépenses d’acquisition de matériaux d’isolation thermique des parois vitrées ont été exclues du bénéfice du crédit d’impôt : – à compter du 1er janvier 2018 hors cas de remplacement de parois en simple vitrage ; – à compter du 1er juillet 2018 en cas de remplacement de parois en simple vitrage. Il s’agit d’une mesure équilibrée en cohérence avec l’objectif gouvernemental de recentrer le CITE sur les équipements et matériaux présentant les effets les plus importants et un meilleur rapport coût-bénéfice environnemental. Cela étant, afin d’accompagner davantage la transition énergétique des logements qui seraient encore équipés en simple vitrage, l’article 182 de la loi n° 2018-1317 du 28 décembre 2018 de finances pour 2019 a, outre la prorogation d’un an du CITE, réintroduit, au taux de 15 %, les dépenses d’acquisition de parois vitrées à la condition qu’elles viennent en remplacement de parois en simple vitrage, et ce, dans la limite d’un plafond de dépenses fixé, par arrêté conjoint des ministres chargés de l’énergie, du logement et du budget, à 670 euros par fenêtre.

(Réponse publiée au Journal Officiel le 16 avril 2019)


Partager sur Twitter Partager sur facebook