Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


24 mai 2019

Fermetures de classes pour la rentrée scolaire 2019

Dans un précédent article, je faisais part de mes inquiétudes relativement à la méthode d’établissement de la carte scolaire pour 2019 et de mes démarches en faveur du maintien d’une classe à l’école Maurice Cantin d’Auvers-le-Hamon.

Par la suite, j’ai été alertée sur plusieurs autres situations similaires.

Par courrier du 8 mars 2019, je suis intervenue auprès de la Directrice académique en faveur du RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) de COULANS-BRAINS-AMNÉ.

Par ce courrier, je lui manifestais ma désapprobation quant à l’atteinte portée à ce RPI qui a justement pour objet, pour les communes concernées, de mutualiser leurs moyens au profit d’un enseignement de qualité.

J’insistais sur le fait qu’il s’agit de la deuxième année consécutive qu’une classe de ce RPI est fermée.

À retenir la logique des seuils qui présidait jusqu’alors l’établissement de la carte scolaire, il serait justifié que cette classe soit maintenue.

Par courrier du 15 avril 2019, j’alertais de nouveau la Directrice académique s’agissant de l’école Bernard Palissy de MALICORNE-SUR-SARTHE. J’y insistais sur le fait que les effectifs prévisionnels établis par ces services étaient contestés par les parents d’élèves. Par ailleurs, je notais que cette fermeture de classe conduirait à une altération des conditions d’enseignement dans la mesure où des classes surchargées, accueillant des élèves de niveaux variés, ne permettraient plus aux professeurs d’apporter une attention individuelle à chacun des enfants, et notamment ceux en difficulté. À cet égard, je précisais que l’établissement voyait souvent intervenir les réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficultés (RASED).

Par courrier du 17 mai 2019, j’ai cette fois directement interrogé le Ministre de l’Éducation Nationale. M’appuyant sur la mise sous « surveillance fermeture » d’une classe de l’école Jules Ferry d’ALLONNES, ainsi que sur les précédents dossiers, je lui demandais de revenir sur ses décisions de fermeture de classe.

En tant qu’élue de territoire, je déplore ces fermetures qui entraînent des effets particulièrement néfastes sur la valorisation de nos territoires ruraux et sur la préservation d’un service public de qualité.

Je prends également note de l’inadéquation entre les grandes déclarations d’intention du gouvernement, visant à instaurer une école de la confiance, et les mesures effectivement appliquées sur le territoire.


Partager sur Twitter Partager sur facebook