Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


12 novembre 2019

PLF 2020 – Le budget du sport français n’est pas à la hauteur des enjeux !

Nos clubs sportifs français, acteurs majeurs en terme d’éducation et de cohésion sociale en ce qu’ils permettent à plus de 17 millions de citoyens d’avoir accès à des offres de pratiques sportives, riches et variées partout en France, sont aujourd’hui en plein désarroi.

Il existe pourtant une dynamique incontestable des financements du sport dans notre pays. Pour l’année 2020, les recettes fiscales vont augmenter de près de 150 millions d’euros grâce à la progression des paris sportifs, à l’envolée des droits audiovisuels, notamment au football, et aux charges sociales liées aux sportifs de haut niveau. Or, si c’est bien le sport français qui est à l’origine de cette création de valeur, elle est quasiment intégralement absorbée par l’Etat.

C’est pourquoi lors de l’examen du projet de loi de finances 2020 à l’Assemblée nationale, mon groupe politique, les Socialistes et apparentés, par la voix du député Régis Juanico, a affirmé la légitimité de la réaffectation d’une partie de ces recettes au sport français. Le mouvement sportif, à travers le CNOSF, a d’ailleurs soutenu, dans le quotidien l’Equipe, notre mobilisation face à un gouvernement qui n’a rien voulu entendre.

Nos deux amendements présentés sur la première partie « recettes » visaient à augmenter les taxes affectées au sport pour un montant de 109 millions € puis de 66 millions €. Malheureusement, ils ont tous deux été rejetés d’extrême justesse, à une voix près … Un amendement du député LR Charles Gaultier avait finalement réussi à être adopté, réaffectant 15 millions € au milieu sportif. C’était sans compter les méthodes anti-démocratiques du gouvernement qui, résolu à ne rien accorder, à la toute fin de séance vers 3h du matin, a fait revoter les députés pour annuler leur vote et l’amendement avec. Nous décrions ce procédé scandaleux !

Sur la seconde partie du projet de loi finances 2020, nous avons continué à dénoncer la stagnation des crédits dédiés au Sport malgré la hausse affichée par le gouvernement. Car, une fois exclus les crédits dédiés aux Jeux olympique et ceux liés au transfert de la masse salariale des CTS, ce ne sont pas les 1,7 millions d’euros restant qui permettront de redresser la barre ! Soutien aux clubs dans les territoires (à hauteur de 30 millions d’euros) et au Sport santé, expérimentation du Pass Sport, sont autant d’amendements que nous avons déposés pour défendre le sport amateur, et qui ont été rejetés par la majorité.

Convaincus que le sport est un investissement pour l’avenir de notre pays et le développement harmonieux de notre société, vous pouvez compter sur mon soutien aux 170 000 clubs français et à leurs 3.5 millions de bénévoles. Je suis et resterai mobilisée pour assurer la présence du sport, sur la durée, dans tous les territoires, et pas uniquement là où ils sont « rentables », pour développer de nouvelles offres adaptées aux attentes et aux besoins des français, pour renforcer l’emploi et la formation des éducateurs et entraineurs, pour investir dans des équipements sportifs et ainsi pour faire de la France une grande nation sportive.


Partager sur Twitter Partager sur facebook