Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


03 avril 2020

Manque d’équipements de protection en Sarthe, j’interpelle le Ministre de la Santé et le Préfet

Forte de porter les craintes exprimées par les professionnels de santé de mon territoire face à l’épidémie de Covid-19, j’ai interpellé, par trois courriers distincts, le Ministre de la Santé ainsi que le Préfet de la Sarthe, sur les conditions d’exercice des ambulanciers, des personnels de l’établissement public de santé mentale (EPSM) de la Sarthe ainsi que des chirurgiens dentistes, lesquels subissent de plein fouet le manque d’équipements de protection sanitaire.

Depuis plusieurs semaines les ambulanciers sont en première ligne pour acheminer des patients potentiellement atteints du Covid-19 à l’hôpital, et constituent, de ce fait, un maillon essentiel de la chaîne de soins.

Pourtant, ils ne sont pas considérés comme prioritaires pour les dotations de masques et ne disposent pas, à ce jour, de tous les équipements nécessaires afin de prévenir une contamination par ce virus.

Le manque de moyens est tel que certains insistent sur le fait que, sans les dons de masques chirurgicaux par des personnes privées, il n’auraient tout simplement pas pu poursuivre leur activités.

***

Comme dans d’autres établissements de santé, le personnel soignant de l’EPSM ne dispose pas de suffisamment de masques, ces derniers étant strictement distribués aux personnes susceptibles d’être en contact avec un patient contaminé ou présentant elles-mêmes des symptômes.

Cette règlementation est insuffisante pour protéger le personnel ainsi que leurs patients vulnérables et qui, du fait de leur condition, ne comprennent ou ne respectent pas forcément les gestes barrières. Par ailleurs, la situation générale de crise que connait notre pays est de nature à créer de l’angoisse et des comportements plus agressifs qu’à l’accoutumé.

Si un appel aux dons a été lancé sur le site internet de l’EPSM d’Allonnes, il me semble toutefois qu’il incombe en premier chef aux services de l’état d’assurer l’accès à ces équipements de protection et, ainsi, permettre aux soignants d’exercer dans des conditions sanitaire sécurisantes.

***

La situation des chirurgiens-dentistes pose elle aussi de nombreux problèmes.

En effet, suite aux premières annonces présidentielles, le Conseil de l’Ordre de la profession, en accord avec le ministère de la Santé, a demandé aux cabinets dentaires de fermer afin d’éviter que les praticiens, leurs personnels et leurs patients ne soient exposés au virus.

Pourtant, et malgré cette exposition au Covid-19 du fait de la proximité du travail avec la zone buccale, ces professionnels ont pris leur responsabilités et ont organisé des soins d’urgences, avec des volontaires, afin de permettre aux Français de continuer à être soignés.

Malheureusement, l’approvisionnement en matériel de protection pour ces courageux volontaires est, là encore, catastrophique, ceux-ci manquant notamment de masques et de blouses.

Par ailleurs, la fermeture des cabinets sur demande de l’Ordre des chirurgiens-dentistes, et non par le Gouvernement, ne permet pas aux praticiens libéraux de mettre leurs salariés au chômage partiel d’une part, d’obtenir une indemnisation alors même que certains d’entre-eux restent de garde ou prescrivent des ordonnances d’autre part, et de bénéficier d’un support de certaines compagnies d’assurance, enfin.

L’abandon de ces professionnels, alors même que certains ont rejoint les rangs de la réserve sanitaire pour prêter main-forte aux hôpitaux, et incompréhensible et n’est pas digne de notre République.

*

**

***

Si quelques-uns témoignent, tous travaillent aujourd’hui dans la peur d’être exposé au virus. La pénurie d’équipement de protection pour ces personnels soignants constitue un risque majeur pour leur santé et celle de leurs patients et il devient urgent d’y apporter une solution.

Leur rôle est indispensable et la perspective du pic épidémiologique doit nous faire prendre conscience de la nécessité de les soutenir, à la mesure de leur engagement envers nos concitoyens.

Sur chacune de ces situations, je demande donc au Ministre de la santé et au Préfet d’apporter des réponses claires et de donner les moyens nécessaires à nos soignants afin de lutter au mieux contre la pandémie actuelle.


Partager sur Twitter Partager sur facebook