Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


15 avril 2020

« Ici, on parle d’ici », soutien aux équipes de France Bleu !

Depuis le 25 mars dernier, se fondant sur la nécessité d’assurer la protection des salariés en cette période pandémique, décision a été prise par la direction de France Bleu de regrouper les antennes locales, passant ainsi de 44 stations habituelles à 16 pôles régionaux. Un choix inopportun qui remet en cause la mission de service public de proximité du réseau.

Ainsi, en Sarthe, les équipes de France Bleu Maine travaillent en syndication avec leurs homologues de France Bleu Mayenne et de France Bleu Loire-Océan. Ces mutualisations, sans doute nécessaires au début de la crise sanitaire, paraissent désormais disproportionnées.

En effet, de l’aveu même de nombreux salariés du réseau, le maintien de cette situation relève d’un principe de précaution poussé au-delà du raisonnable et n’a plus lieu d’être tant les précautions adaptées sont de rigueur. Désinfection des locaux, personnels restreints ou équipés en matériel pour travailler à domicile, plus rien ne semble empêcher le retour d’une antenne locale à ce jour.

Les équipes locales l’ont d’ailleurs prouvé en rendant possible une matinale locale avec seulement quatre personnes présentes dans les locaux simultanément.

Dès lors, ceux-ci demandent, de manière réaliste et en responsabilité, la remise en place de matinales, sous un format allégé certes, mais local, en adéquation avec les attentes des auditeurs.

Par ailleurs, les regroupements actuels compromettent la mission première de France Bleu, celle-là même qui constitue son ADN et sa raison d’être : la proximité ! Certains animateurs se trouvent contraints de couvrir une quantité déraisonnable de départements pour un nombre d’auditeurs qui l’est tout autant. Assurément, cette nouvelle disposition va à l’encontre de l’esprit de France Bleu et signe l’effacement de territoires caractérisés ni par les mêmes actualités, ni par la même histoire.

Frustrés, manquant d’informations pertinentes touchant aux différents aspects de leur vie quotidienne, les auditeurs se sentent abandonnés.

Dans une telle configuration, France Bleu n’assure plus sa mission essentielle en matière de lien social et de proximité, alors que celle-ci paraît indispensable en cette période de confinement généralisé.

Les personnels, qui effectuent un travail remarquable au quotidien et participent d’une mission de service public essentielle à la vitalité de nos provinces, ont malheureusement le sentiment de couvrir l’actualité de territoires qui ne sont pas les leurs, qu’ils ne connaissent pas nécessairement et pour lesquels ils n’ont pas d’attaches.

Aussi, souhaitant qu’il apporte toute la considération qu’elle mérite à la démarche de salariés et auditeurs en souffrance, j’ai écrit au ministre de la Culture, Franck Riester, pour lui faire part de ma profonde inquiétude concernant la gestion actuelle des antennes de France Bleu.


Partager sur Twitter Partager sur facebook