Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


09 septembre 2020

Rentrée scolaire inédite, enjeux exceptionnels et moyens insuffisants – mon billet pour RCF

J’ai dorénavant le plaisir de partager avec vous, dans un cadre bimensuel, mon point de vue sur un sujet d’actualité à travers un billet d’humeur diffusé dans l’émission « Paroles d’élus » sur Radio Chrétienne Francophone (RCF), que je remercie chaleureusement de me donner la parole.

Pour ce premier billet, j’ai souhaité vous faire part de mon regard sur la rentrée scolaire exceptionnelle que nous connaissons. Celle-ci se déroule dans un contexte de plus en plus instable d’un point de vue sanitaire et les moyens humains et financiers accordés par le ministère de l’Éducation nationale semblent bien insuffisants pour permettre aux enseignants et aux élèves d’aborder cette nouvelle année dans des conditions optimales.

Bonne écoute à toutes et tous !

 

Le texte de mon billet :

Bonsoir 

Une semaine après cette rentrée scolaire tant attendue par 12 millions 400 000 élèves et 800 000 enseignants, après presque 6 mois d’interruption de cours, la situation de notre école n’a jamais été aussi instable, devant s’appuyer sur un protocole sanitaire établi principalement en juillet, à un moment où l’épidémie ne connaissait pas la forte et récente hausse des contaminations. 

A l’issue de cette 1ère semaine de reprise, 22 écoles et une centaine de classe sont d’ailleurs déjà fermées. 

Aux légitimes inquiétudes des parents, des enseignants, des élèves et des collectivités locales, le gouvernement répond selon son habitude par la communication plus que par l’action.  

Tout n’est certes pas question de moyens, mais sans moyens supplémentaires, l’école ne pourra pas relever les défis que lui impose la pandémie. Or, elle reste la grande oubliée du plan de relance.  

Le Parti socialiste a formulé en juin de nombreuses propositions que le Ministre avait promis de regarder avec attention. Il n’en a rien été et le Gouvernement ne prend visiblement pas la mesure des enjeux. 

Comment remobiliser des professeurs parmi les moins bien payés de l’OCDE lorsque la revalorisation salariale promise depuis des mois tel un serpent de mer, attendra désormais un Grenelle de l’Education ? 

Comment réussir un accompagnement individualisé des 10 % d’élèves décrocheurs, notamment dans l’enseignement professionnel, sans professeurs supplémentaires et à moyens constants alors que l’on apprend déjà que 3 900 enfants manquent à l’appel en Seine Saint Denis ?  

Le Ministre ne semble pas lui-même en être convaincu puisque selon le Canard enchainé, il a échoué à obtenir 3000 postes du Premier Ministre, devant ainsi se limiter à ceux déjà budgétés avant la crise. 

Pour traiter le traumatisme vécu par les enfants, l’école a besoin de renforts exceptionnels de personnels spécialisés comme les RASED, de psychologues scolaires, de plus de maîtres, d’effectifs réduits dans toutes les classes pour un travail en petit groupe, davantage qu’un maintien idéologique d’évaluations standardisées pourtant largement remises en cause et anxiogènes pour les élèves dans ce contexte de reprise. 

Que dire par ailleurs de l’accueil des élèves en situation de handicap, pour lesquels les associations dénoncent cette année encore, le discours d’affichage du gouvernement, faute de sécurisation réelle du statut et de la formation continue des AESH. 

Aider les familles en difficultés nécessite aussi d’atténuer le coût de la rentrée en fournissant gratuitement des masques aux élèves, comme nous le demandons depuis avril et comme le pratiquent l’Italie ou la Grèce.  

La sociologue Marie Duru-Bellat a déclaré récemment dans le Monde, qu’avec le confinement, « c’est toute la société qui, sans les rythmes de l’école, s’est retrouvée en apesanteur, qui a aussi réalisé le travail immense accompli par les enseignants auprès des jeunes générations, un travail qui va bien au-delà de la seule instruction ».  

Pour être à la hauteur des enjeux face aux risques d’explosion des inégalités, le Gouvernement doit absolument revoir sa copie.


Partager sur Twitter Partager sur facebook