Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


10 novembre 2020

Improvisation et grosse inquiétude en milieu scolaire, ma question à Jean-Michel Blanquer

Dans le cadre de la séance de questions au gouvernement, j’ai interpellé le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur le protocole sanitaire dans les établissements scolaires et son improvisation permanente.

Script de ma question :

L’école est un lieu d’instruction et de socialisation essentielle pour notre jeunesse. C’est pourquoi, au regard des nombreuses situations de décrochage lors du 1er confinement, le groupe socialiste a soutenu le maintien de l’ouverture des établissements scolaires, sous condition de leur adaptation totale au contexte sanitaire.

Après 10 jours de confinement national, vous avez finalement décidé la mise en place d’un enseignement hybride dans les lycées, tout en écartant cette possibilité pour les collèges, au motif d’une densité et d’une circulation des élèves moins fortes.

Or les brassages au moment des entrées et des sorties, dans les couloirs comme à la cantine sont pourtant tout aussi problématiques.

Le 26 octobre dernier, le Conseil scientifique déclarait je cite : « les adolescents de 12 à 18 ans semblent avoir la même susceptibilité au virus et la même contagiosité vers leur entourage que les adultes ».

Il y a 4 jours, vous présentiez des chiffres rassurants de l’épidémie en milieu scolaire avec 3528 élèves testés positifs, des chiffres pourtant très éloignés des données de Santé publique France, faisant état de 25 000 contrôles positifs chez les 0-19 ans entre le 2 et 4 novembre. Vos données ne traduisent donc pas la dynamique épidémique, laissant croire ainsi à une contamination maitrisée.

Alors qu’un plan de continuité pédagogique préparé dès juillet, prévoyant le passage à cet enseignement « hybride » en cas de « circulation active du virus » aurait pu être activé plus tôt, se développe à nouveau un sentiment d’improvisation dans l’urgence extrêmement anxiogène pour les élèves, leurs familles et les personnels. Tel est d’ailleurs le sens du mouvement qui se développe dans les établissements aujourd’hui.

Monsieur le Ministre, allez-vous prendre en compte la situation au collège ?

Au-delà, et au risque de me répéter puisque je vous sollicite sur le même sujet depuis le printemps dernier, quels moyens humains et matériels supplémentaires allez-vous enfin déployer pour garantir une continuité pédagogique plus efficace que lors du 1er confinement à tous les élèves ?
Enfin, que proposez-vous pour sécuriser l’accès aux cantines essentielles pour les enfants les plus défavorisés ?


Partager sur Twitter Partager sur facebook