Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


25 mars 2021

Plan Bibliothèques : poursuivre et étendre l’élan en faveur de la lecture

Co-rapporteure de la mission d’information sur les suites données au « Plan Bibliothèques » de 2018, nous avons présenté, avec ma collègue Aurore Bergé, les conclusions et les propositions de nos travaux.

Publié en février 2018, le rapport de MM. Orsenna et Corbin, lequel a par la suite donné naissance au « Plan Bibliothèques », était construit autour de deux idées principales :

« Ouvrir plus », pour prendre en compte l’organisation du temps des usagers

« Offrir plus », pour faire des bibliothèques de véritables tiers lieux permettant l’insertion, l’inclusion, mais aussi la cohésion sociale et territoriale.

Au cours des nombreuses auditions que nous avons menées auprès d’un large panel de personnes œuvrant pour la lecture en France, nous nous sommes attachées à voir ce qui avait été fait à la suite du rapport, ce qui devait être poursuivi, et ce qui restait à faire.

  • Ouvrir Plus – De l’importance de s’adapter à l’organisation du temps des usagers

La nécessité d’ouvrir davantage les bibliothèques n’est pas nouvelle.

En effet, dès 2015, le rapport de notre collègue sénatrice Sylvie Robert sur l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques proposait de nouvelles avancées et la mise en place d’un dispositif inédit de soutien financier de l’État à destination des collectivités territoriales.

C’est dans la lignée de ce rapport, qu’en 2016, le concours particuliers « Bibliothèques » de la dotation générale de décentralisation (DGD) a été élargi au financement des projets d’extension ou d’évolution des horaires d’ouverture. Ces projets ont toutefois été relativement peu nombreux au début du dispositif : 19 projets en 2016 et 53 en 2017.

À l’occasion du lancement du « Plan Bibliothèques », 8 millions d’euros supplémentaires ont été consacrés à l’extension des horaires d’ouverture, lesquels ont été reconduits chaque année, mais ne sont garantis que jusqu’en 2022.

De plus, si ces nouveaux crédits ont permis de financer de nombreux projets d’extension des horaires, ceux-ci n’interviennent qu’à la phase de lancement des projets et sont limités quant à leur attribution que sur une durée de 5 ans. Cela signifie que, dès cette année, les premiers projets engagés en 2016 ne bénéficieront plus de cette aide.

C’est pourquoi nous proposons un accompagnement transitoire pour les projets d’extension arrivant à échéance, notamment en trouvant des relais de soutien locaux à travers les contrats territoires lectures (CTL).

  • Ouvrir Plus – Poursuivre et étendre la dynamique

Depuis plusieurs mois, du fait de la situation sanitaire, les bibliothèques sont les seuls lieux culturels encore ouverts.

Elles constituent la première porte d’entrée vers la culture dans notre pays et de nouveaux efforts budgétaires de l’État doivent absolument être consentis pour pérenniser les extensions déjà réalisées, finaliser les projets en cours de réalisation, mais aussi en permettre de nouveaux.

Par ailleurs, les investissements engagés ces dernières années vont nécessiter des décaissements importants. Il faudra donc veiller à ce que, dans les prochaines lois de finances, les crédits soient à la hauteur des engagements.

En outre, s’agissant des bibliothèques universitaires, si celles-ci ouvrent davantage depuis quelques années, nous regrettons le manque de partenariats permettant de rapprocher lecture publique et lecture universitaire, raison pour laquelle nous proposons de généraliser le système de carte d’accès unique, initiative déjà portée dans certaines collectivités.

  • Ouvrir Plus – Accentuer l’effort dans certains territoires

Trop souvent, le risque est grand que la décentralisation de la culture ne fasse reposer le déploiement des projets culturels sur la seule volonté des acteurs locaux ou encore sur un accompagnement fluctuant en matière d’ingénierie pour la réalisation d’un diagnostic territorial, renforçant ainsi les disparités territoriales.

À cet effet, nous tenons à souligner l’importance des directions régionales des affaires culturelles (DRAC), lesquelles doivent jouer leur rôle de coordinatrice en sensibilisant et en informant sur les aides existantes.

Par ailleurs, la coopération intercommunale, en ce qu’elle permet la mutualisation des moyens, est un levier précieux sur lequel nous avons souhaité insister, à condition qu’elle n’entraine toutefois pas la fermeture des bibliothèques de proximité.

Enfin, pour que chaque citoyen ait accès à une bibliothèque, la création d’un programme prioritaire de constructions de bibliothèques dans les Quartiers Prioritaires de la ville qui en sont dépourvus, relève de l’impérieuse nécessité.

  • Offrir Plus – Contractualiser pour associer

Pour faire des bibliothèques des « tiers lieux » toujours plus ouverts et inclusifs, il apparaît nécessaire d’encourager les partenariats avec d’autres structures culturelles, sociales ou éducatives, notamment via les CTL.

  • Offrir Plus – Mettre la jeunesse au centre des priorités

Dès le plus jeune âge, il est important de développer le goût de la lecture, raison pour laquelle chaque CTL doit comporter un volet jeunesse.

Dans le même temps, les partenariats entre les bibliothèques et les acteurs de la petite enfance doivent être développés, avec une attention particulière à l’accompagnement de la parentalité.

De plus, dans l’objectif d’encourager les enfants à lire, il nous semble tout à fait essentiel de sensibiliser et de former les animateurs des centres périscolaires à l’importance de la lecture.

  • Offrir Plus – Rendre la lecture plus accessible à tous les publics

Le sujet de l’accès des publics empêchés aux bibliothèques est revenu à de nombreuses reprises dans le cadre de nos travaux.

Le handicap ne doit évidemment pas être un frein à la lecture, c’est pourquoi nous prônons le développement du livre numérique pour garantir son accès aux personnes en situation de handicap.

Aussi, et parce qu’il est fondamental de ne pas oublier que la prison doit également favoriser la réinsertion, nous soulignons l’importance pour l’administration pénitentiaire de mettre l’accès aux bibliothèques au cœur de ses priorités.

Toutefois, à cet égard, les associations œuvrant sont unanimes : les moyens humains et financiers sont trop limités, et l’accès des détenus est très contraint.

  • Offrir Plus – Mieux exploiter les leviers numériques

En développement constant depuis quelques années, le prêt numérique en bibliothèques (PNB) représente toutefois un coût important pour les bibliothèques et les pratiques tarifaires des éditeurs manquent de transparence.

C’est pourquoi, une réflexion quant à la mutualisation du prêt numérique doit être menée.

  •  Mieux former

Il s’agit du troisième volet de notre mission d’information.

Les bibliothèques ne sont plus seulement des lieux de savoir ou d’études, elles sont désormais des lieux de vie où l’on vient se détendre, rechercher un emploi, y apprendre des langues ou encore le code de la route.

Cet état de fait implique une transformation du métier de bibliothécaires, au profit d’un travail de médiation culturelle et sociale, qui doit impérativement s’accompagner d’une évolution des formations.

En effet, à l’heure d’internet, où le savoir et l’information sont facilement accessibles, encore faut-il savoir où chercher et comment se les approprier. C’est là que le bibliothécaire a toute sa place.

À ce titre, nous tenons à saluer la proposition de loi déposée en février dernier par notre collègue Sénatrice Sylvie Robert, relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique.

Celle-ci a pour vocation d’acter les mutations des bibliothèques et l’évolution de leurs missions au service de l’accès à la culture et aux savoirs, de la citoyenneté, de l’accompagnement des personnes et de leur rôle intégrateur et civique.

Aussi, nous formons le vœu que les Assises de la formation des bibliothécaires, qui se tiendront cette année, soient l’occasion d’orienter davantage le métier vers la médiation culturelle et sociale.

Retrouvez l’intégralité de la communication ici, et sa synthèse .


Partager sur Twitter Partager sur facebook