Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


05 mai 2021

Ma question écrite sur le projet de fusion entre le FIVA et l’ONIAM

Texte de ma question écrite :

Mme Sylvie Tolmont attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur le projet de fusion entre le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (FIVA) et l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM). Une mission a récemment été confiée à l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) et à l’inspection générale des finances (IGF) pour examiner l’opportunité et les modalités d’une fusion entre ces deux structures. Toutefois, la perspective de ce rapprochement fait naître des craintes légitimes de la part des associations de défense des victimes de l’amiante. En effet, la création du FIVA tenait à la reconnaissance, par l’État, de sa responsabilité dans ce scandale sanitaire et engageait la solidarité nationale pour assurer l’indemnisation des victimes de l’amiante. Il s’agit d’un organisme spécialisé qui a fait, au cours des années, la preuve de sa rigueur et de sa célérité dans l’indemnisation de ces victimes alors que l’ONIAM, au contraire, rencontre d’importantes difficultés de gestion. Aussi, une telle fusion pourrait conduire à la dissolution des spécificités du FIVA en alourdissant et complexifiant son fonctionnement. En effet, l’ONIAM et le FIVA ont des sources de financement, des logiques de traitement des dossiers ainsi que des critères d’indemnisation très différents. Cette fusion pourrait également conduire à l’invisibilisation de ces victimes de l’amiante. C’est pourquoi elle lui demande de lui formuler ses intentions afin de préserver les spécificités du FIVA, spécificités qui lui permettent de répondre pleinement à sa mission.

(Question écrite n°38588 publiée au Journal Officiel du 04/05/2021)

Partager sur Twitter Partager sur facebook