Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


20 mai 2021

Rencontre avec des représentants syndicaux sur la profession d’aide à domicile

Lundi, j’ai rencontré au sein de la Maison des Associations des représentants syndicaux. En effet, ces derniers ont souhaité convenir d’un entretien pour aborder la situation actuelle de la profession des aides à domicile.

Les aides à domicile fournissent un travail essentiel compte tenu du vieillissement progressif de la population française et le désir de nos ainés de rester autonomes le plus longtemps possible.

Toutefois, cette profession reste aujourd’hui peu valorisée socialement et financièrement : la rémunération est en moyenne 36 % inférieure au salaire moyen en France soit 820 euros en moins chaque mois. De plus, leurs frais de déplacement ne sont que très partiellement pris en charge. Tout ceci conduit au manque d’attractivité du secteur et à des difficultés de recrutement. Une étude récente de l’UNA, association qui regroupe plus de 800 structures issues de l’économie sociale et solidaire ou de services publics a ainsi montré que plus d’un poste sur trois d’aide à domicile reste vacant et que l’on observe même une « fuite » de certains salariés.

La crise sanitaire a mis en lumière ces difficultés et l’engagement, sinon le courage, des aides à domicile, directement exposées au virus.

Néanmoins, leur engagement n’a pas été reconnu à sa juste valeur. A cet égard, les accords du Ségur de la Santé conclus en juillet 2021 par le gouvernement et les syndicats avaient pour ambition de revaloriser l’ensemble des métiers de la Santé. Or, alors que les professionnels travaillant dans les Ehpads ont pu bénéficier d’un Complément de Traitement Indiciaire (CTI) de 183 euros nets par mois, les aides à domicile en ont été privées. Cette situation inégalitaire est parfaitement injuste.

C’est pourquoi j’avais déjà pris la décision d’interroger le ministre des solidarités et de la Santé sur le sujet par le biais d’une question écrite. Dans sa réponse, le ministre s’est retranché derrière l’annonce d’une expertise complémentaire et la nomination de Michel LAFORCADE sans prendre la mesure de l’urgence de la situation.

Dans la perspective de la future Loi grand âge et autonomie, j’appelle le ministre de la Santé à se saisir rapidement de ce sujet.

Je tiens à remercier les différents représentants pour leur accueil chaleureux ainsi que la qualité de nos échanges.


Partager sur Twitter Partager sur facebook