Sylvie
Tolmont


Députée de la Sarthe
4e circonscription


15 décembre 2021

Ma question écrite sur l’exclusion des ASH et des IDE du bénéfice de la prime « grand âge »

Texte de ma question écrite : 

Mme Sylvie Tolmont appelle l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur l’exclusion des ASH et des IDE au bénéfice de la prime « grand âge ». En effet, le décret n° 2020-66 du 30 janvier 2020 portant création d’une prime « grand âge » pour certains personnels affectés dans les établissements mentionnés à l’article 2 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 dispose, en son article 1er, qu’elle a vocation à reconnaître « l’engagement des professionnels exerçant auprès des personnes âgées et les compétences particulières nécessaires à leur prise en charge ». Son article 2 précise que cette prime est versée aux agents titulaires ou stagiaires en activité relevant des grades d’aides-soignants et aux agents contractuels exerçant des fonctions similaires à ces agents. Or d’autres professionnels participent à la prise en charge des personnes âgées, notamment en Ehpad, et ne sont pas visés, ce qui nuit à l’objectif poursuivi d’assurer l’attractivité des métiers du grand âge. C’est particulièrement le cas des agents de service hospitalier (ASH) ainsi que des infirmiers diplômés d’État (IDE). La prise en compte de ces professionnels se justifie d’autant plus qu’ils sont, dans la pratique, contraints de réaliser des missions relevant normalement du travail des aides-soignants et s’apparentant à des soins, et assument une lourde responsabilité. Cette exclusion est d’autant plus inacceptable qu’elle intervient en pleine période de crise sanitaire, laquelle a mis en lumière les conditions de travail de plus en plus difficiles dans ces structures. Aussi, elle souhaite savoir si le Gouvernement entend prendre en compte la demande légitime des ASH et des IDE et reconnaître l’engagement de ces derniers.

(Question écrite n° 35971 publié au Journal Officiel du 02/02/2021)


Texte de la réponse :

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan Hôpital, une prime « grand âge » a été instituée, au profit des personnels aides-soignants relevant des fonctions publiques hospitalière et territoriale exerçant dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et dans toutes structures spécialisées dans la prise en charge des personnes âgées. Dans ce cadre, le Gouvernement a souhaité reconnaître l’engagement de ces professionnels exerçant auprès des personnes âgées et les compétences particulières nécessaires à leur prise en charge. L’accompagnement que ces professionnels apportent aux personnes âgées suppose en effet des compétences spécifiques qui justifient d’améliorer la meilleure reconnaissance financière des corps d’aides-soignants exerçant auprès des personnes âgées. Néanmoins, conscient des difficultés rencontrées par l’ensemble des professionnels du secteur social et médico-social, le Gouvernement a pris des engagements forts pour assurer une reconnaissance de ces personnels. A ce titre, les infirmiers et agents sociaux, notamment, ont fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre du Ségur de la santé. En effet, l’accord que le Gouvernement a signé avec les partenaires sociaux le 13 juillet 2020 vise explicitement les établissements de santé et d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) publics et il a également vocation à s’appliquer dans les mêmes types d’établissements relevant du secteur privé. C’est pour tous les professionnels non médicaux qu’une action immédiate était requise, traduite par une revalorisation « socle » des rémunérations de 183 € nets par mois (90€ applicables dès le 1er septembre 2020 puis 93 € supplémentaires au 1er décembre 2020). Par ailleurs, les salariés et agents des établissements sociaux et médico-sociaux bénéficieront des revalorisations consécutives à la refonte des grilles de rémunérations des personnels paramédicaux (corps infirmiers, aides-soignants, filières rééducation et médicotechnique), annoncées le 12 avril 2021 pour mieux prendre en compte les spécificités et les contraintes de ces métiers. Cette refonte est en vigueur depuis le mois d’octobre pour la fonction publique hospitalière.

(Réponse publiée au Journal Officiel du 14/12/2021)


Partager sur Twitter Partager sur facebook